COMPTE RENDU DU DERNIER CHAMPIONNAT DE FRANCE DES MASTERS IBÉRIQUES

CHAMPIONNAT DE FRANCE 2019 DES MASTERS DU CHEVAL IBÉRIQUE

Forts du succès sans cesse grandissant de la finale européenne qui ne permettait pas forcément à tous les finalistes sélectionnés d’y participer pour des raisons d’éloignement géographique, les MCI renouent pour la seconde année consécutive avec une finale franco- française.

C’est le site de Lignières en Berry, au Pôle de l’Âne et du Cheval, très central géographiquement parlant qui a été choisi pour l’édition 2019: un lieu superbe, jouxtant l’hippodrome où tout est fait pour le confort des uns et des autres: pour nos montures, boxes en dur spacieux et pistes de qualité parfaitement entretenues en dépit de la sécheresse qui sévit depuis des mois dans cette région et, pour les cavaliers, un hébergement original en roulotte.

Coté finalistes, plus de 50 couples issus des divers circuits de sélection français, se sont retrouvés afin de dérouler 114 reprises sous l’œil de 5 juges dont certains juges SHF et agrées pour la labellisation«jeunes chevaux». Ceux-ci ont eu fort à faire afin de départager les concurrents: en effet cette édition s’est avérée fort relevée avec la participation de couples habitués des podiums, tant sur le circuit des MCI que sur les circuits FFE et SHF.

Une fois encore, force est de constater que le niveau n’a de cesse de progresser au fil des ans, tant dans la qualité de la locomotion des chevaux que dans celle de l’équitation des cavaliers. G. de Coudenhove, très prochainement juge à la Grande Semaine de Saumur, confirmera lors de la remise des prix que «les ibériques, de part la sélection constante des éleveurs, ont désormais toute leur place sur les circuits officiels ».

Fort appréciées également des juges (de nombreux cavaliers ayant joué le jeu) les tenues espagnoles et portugaises, qui par leurs couleurs chatoyantes, apportent un peu de folklore sur les rectangles habituellement moins colorés.

Coté ambiance: un grand cru! Le désormais célèbre «esprit MCI» fût au rendez vous une fois encore: subtil mélange de sérieux dans la compétition sur le rectangle n’empêchant nullement partage et entraide autour d’une passion commune. Les remises de prix ont été hautes en couleurs: l’hymne national y a résonné, si ce n’est avec justesse, du moins avec enthousiasme… La soirée du samedi s’est révélée comme à l’accoutumée très conviviale autour d’un repas typique avec tapas et paëlla.

En ce qui concerne notre cheval PRE, cette édition consacre , à ce niveau de compétition, les progrès constants de notre race dans le monde du dressage, et en particulier sur le circuit des Masters Ibériques: en effet, il est plus qu'encourageant de constater que nos chevaux sont de plus en plus nombreux face à leurs cousins lusitaniens, ce qui était loin d'être le cas quelques années auparavant. Aux dires des cavaliers et des entraîneurs, c'est leur mental, jugé plus fiable, qui fait la différence; ainsi, bien sûr, que les efforts de sélection d'un certain nombre d'éleveurs, de plus en plus attentifs à la qualité des allures.

A titre indicatif:

  • sur les deux reprises Jeunes Chevaux, la Primera et la Novilla ( équivalents SHF des cycles libres 2ème année), ils étaient 5 sur 11 sur la Reprise Préliminaire et 4 sur 8 sur la Reprise Finale.
  • sur les reprises Malaga et la Golega ( équivalents des Amateur 3), ils sont très fortement majoritaires avec respectivement 6 Pre sur 7 finalistes et 7 sur 9.
  • sur la Sevilla, soit l'Amateur 2, ils sont 8 sur 9 et 5 sur 6 pour la RLM du même niveau
  • sur les reprises Evora et Lisboa ( Amateur 1) ils sont à égalité avec les PSL
  • sur le Saint Georges, on ne retrouve que 2 lusitaniens contre 5 PRE.
  • sur la Magistrale, équivalent de l'Inter, ne figure aucun lusitanien
  • sur le Grand Prix, ils sont absents mais sur la RLM du niveau correspondant ils sont 2 , à égalité avec les PSL.

Cette participation quantitative va de paire avec une participation qualitative dans la mesure où les chevaux de l'élevage français de l'AECE ( nés en France ou appartenant à des élevages hexagonaux) n'ont pas démérité.

  • sur les jeunes chevaux, c'est Duero des Gachots ( élevage S.Garcia Lagos) qui, monté par JC Avril, devient vice champion de France sur la reprise Finale avec 78,400% et médaille de bronze sur la Préliminaire avec    77,600%        Diaz CEL ( élevage C.Leleux) et A.Genthon sont 9èmes sur la Préliminaire
  • sur la Malaga, ce même binôme termine à la 5ème place avec 65,722%.
  • sur la Golega, Divino CEL, du même élevage, monte sur la troisième marche du podium avec 68,05% et gagne la RLM à 71,870% sous la selle de B.Sandraz Remillier.
  • sur la Sevilla, niveau Amateur 2, Angelito de Verlin ( élevage Gouello) et L.Marie sont 4èmes de l'Imposée avec 68,360%, suivis par Safran (élevage C. Chatain) et C.Barras , 5èmes avec un score de 66,167%. Sur la RLM, les places s'inversent et c'est Safran,en 6ème position (65,940%)qui devance Angelito ,8ème à 64,550%.
  • sur la Madrid et la Lusitania, soit le niveau Saint Georges, Atahualpa de Verlin et Alexandra Roch sont deux fois champions de France avec 67,719% et 71,04%.
  • sur l'Inter, JF Lagarde et Altanero LXXVII ( né en Espagne et propriété de l'élevage Magalain ) s'imposent sur la RLM avec 73,360% et sont seconds de l'Imposée avec 67,917%.

Maintenant: dernière ligne droite de la saison avec les Championnats d’Europe en ligne de mire où nous vous attendons afin de soutenir notre équipe de France et ses PRE au Parc Équestre Francilien.

Sabine Garcia Lagos

 

 

, , , , ,