FINALE DES MCI A TURIN, UN GRAND MOMENT!

Après Barcelone en 2013, Paris en 2014 et la Belgique en 2015, la finale européenne des Masters Ibériques revenait à Turin en Italie, première nation à avoir rejoint ce circuit dès 2001.
Que de chemin parcouru depuis 20 ans ! C’est en effet en 1997 que naissait le premier circuit MCI en France, élargi en 2011 à l’Italie puis à l’Europe en 2007 avec la création d’une finale européenne,
d’autres nations étant venues ce joindre à ces compétitions réservées aux chevaux de Pure Race Espagnole et aux Pur Sang Lusitaniens. Celle-ci est d’ailleurs devenue un incontournable du paysage équestre : le cru 2016 bat tous les records de participation : 11 nationalités,6 nations,120 chevaux issus des différentes sélections européennes se sont retrouvés sous le soleil transalpin afin de dérouler 240 reprises sous l’oeil de 10 juges nationaux et internationaux de nationalité belge,française, italienne, algérienne et anglaise. Ceux-ci ont eu fort à faire afin de départager les couples sur les épreuves allant du jeune cheval au Grand Prix. Bien que le constat en devienne quelque peu répétitif, force est de constater que d’année en année le niveau ne cesse de monter, tant dans la qualité de la locomotion des chevaux que dans l’équitation des cavaliers.

Cette compétition, fréquentée au début de sa création essentiellement par des amateurs, attire de plus en plus de professionnels, habitués des circuits nationaux voir internationaux.

Victime de son succès, c’est donc maintenant sur trois jours et demi que se sont déroulé les épreuves. Mais avant la compétition, jeudi après midi a eu lieu la traditionnelle cérémonie d’ouverture avec le défilé de toutes les équipes, représentées par un cheval, le capitaine, les chefs de circuit et les cavaliers. Le vendredi soir, la soirée des cavaliers a tenu toutes ses promesses, chaque pays ayant à cœur de présenter ses spécialités gastronomiques et la piste a été occupée jusque tard dans la nuit par des danseurs endiablés.

La soirée de Gala du samedi a également été fort festive. Chaque soir la remise des prix en individuel a été un grand moment d’explosion de joie et tous les classés ont été salués par un tonnerre d’applaudissements et de vivats, ambiance caractéristique de ce que d’aucuns appellent « l’esprit Masters ». Nous avons également vécu de beaux moments d’émotion et la Marseillaise a fait couler bien des larmes.

Le point d’orgue de ces cérémonies,menées de main de maître par le steward international Jean Louis Valkenborgh, a été la remise des prix des podiums européens et du trophée par équipe, extrêmement disputé et remporté cette année par l’Italie qui devance de peu la France et la Belgique.

Concernant la présence des PRE, inexistante en 1997, puis longtemps minoritaire, elle ne cesse de grandir au fil des ans ; aujourd’hui (sans vouloir raviver des polémiques stériles) notre race l’emporte largement sur son proche cousin lusitanien. Quelques chiffres particulièrement significatifs en sont la preuve : hormis l’Inter II, ils sont représentés sur tous les niveaux de reprise du jeune cheval au cheval de Grand Prix et sont largement majoritaires sur un grand nombre d’épreuves : ainsi 12 PRE sur 15 en jeunes chevaux, 16 sur 21 en Amateur 2, 20 sur 31 en Amateur 2, 23 sur 28 en Amateur 1.

Pour ce qui est des éleveurs de l’AECE plusieurs finalistes n’ont pas démérité :

- en jeunes chevaux, Bodeguero ER de l’élevage R.Ronchail , monté par S. Plagnol est 7ème des jeunes chevaux avec 69,4% et 62,6%.
-sur la Lisboa, Pijo Gom de l’élevage Gouello avec 3 podiums européens à son actif (l’or en 2008, le bronze en 2014 et l’argent en 2015) obtient une médaille d’argent avec une deuxième place sur la Lisboa à 65,947% et une deuxième place sur la RLM Fandango avec 71,44% sous la selle de Marie Gouello.
- Sur la même reprise, Quemador ER, élevage G.Ronchail monté par C.Ronchail est 5ème de l’imposée avec 65,553% mais un oubli de figure lors de la RLM les relèguera dans le classement.
- Quetzal des Gachots monté par JC Avril et né à l’élevage S.Garcia Lagos, par déjà 3 fois champion d’Europe en 2010, 2012, 2013 et une fois médaille de bronze en 2015, est 4èmedu Saint Georges avec 65,500% et 6ème de la RLM Lusitania qui le met à la 5ème place du classement européen.
- Pronto de l’élevage Ruiz, monté par J.Bayle est 9ème avec 58,900% sur le Grand Prix et 65,92% sur la RLM correspondante.
En 2017, retour en France avant de traverser la Manche pour se rendre en 2018 chez nos amis britanniques et encore bravo à tous !
S.Garcia Lagos

, ,